FRENCH RIVIERA OR DOLCE VITA?

 His lips so close to my ears, his low voice telling me to let go, my sun-kissed cheek brushed his cozy neck. Maybe he is the soundtrack of my life, a mix of jazzy blues and rhythm and soul.

Chet Baker is singing in the back of my head, my funny valentine …
Every artist have delusions about love, some love being in love and some love hating it.

FRENCHRIVIERA

Le cabriolet McLaren filait dans la nuit fraiche. Je partageai mon baume teinté Dior avec Koco en lui octroyant un regard de tentation. Le vent avait mêlé nos mèches blondies par le bain de soleil que nous avions pris plus tôt.

Elle reconnut rapidement mon air rusé. La Côte d’Azur m’amusa. Je lui renvoyai un regard charmeur qui  me rendait irrésistible à l’oeil des femmes. La joute était bien différente d’un sexe à l’autre. Elle était chassée par le prince de Perse et de mon côté je chassais toujours l’homme à l’existante monarchique.

Un sentiment exaltant s’empare de moi soudainement, j’ai une folle envie de courir vers la mer et de laisser glisser les fines bretelles de mon soutien-gorge vers le sol. Puis, espérant que ses mains descendent ma culotte de guipure Sokoloff, j’imagine ses paumes qui effleurent candidement le haut de mes cuisses.

La voiture s’arrêta brusquement devant l’entrée de l’hôtel Sezz.  Je fis la bise aux tourtereaux et au marquis célibataire auquel je laissai mon numéro. Mon rêve de devenir la princesse de Monaco se changea-t-il soudain pour le titre de duchesse de Perse?

 

St- Tropez, juin 2014

Je compose son numéro rapidement sur les touches moites du portable. La ligne est occupée, encore. Mais, où est-elle cette fille? Il ne faut qu’une nuit pour qu’elle disparaisse pendant quelque temps; une histoire qui se répète. Je l’attends impatiemment sur le quai vacillant au-dessus du ressac de la baie. Au loin, j’entends les rires cristallins des gens cossus qui se croient marins. La saison chaude dans les Hamptons a laissé place à une longue escapade sous le soleil de St-Tropez. Le quai de bois tangue sous la course effrénée d’un groupe de Bretons qui se dirigent vers leur yatch nommé Lolita. Le navire d’une centaine de pied est bien à l’image de cette côte azurée invitant des personnages provenant du roman de Nabokov. Le sud de notre France chérie nous monte à la tête plus rapidement que du Veuve Clicquot. La Lolita plait par sa jeunesse innocente en dégageant une candeur sexuelle irrésistible. Alors pourquoi l’étymologie de son nom signifie douleur? Toute beauté a un prix à payer.

Un énorme VUS noir arrive en trombe. Le soleil plombe sur la carrosserie et m’éblouissait. Je ne pus voir le visage du chauffeur ou plutôt devrais-je le nomme le fiancé de Koco la mondaine. Après m’avoir déposée à l’hôtel durant la nuit d’hier, ils ont disparu dans une berline pour réapparaitre aujourd’hui au volant d’un luxe blindé. Koco m’a annoncé la nouvelle ce matin lorsque je savourais un expresso sur la terrasse de ma suite. J’ai bien hâte de voir cet énorme bijou à son doigt.

Il nous a invités à son anniversaire sur son bateau orné de coussins de soie importés, de hamacs et d’un distributeur de vin blanc de Bourgogne. Bien sur, qui dit fête sans avoir invité coco? Elle disparait aussi vite que Koco la mondaine…

Koco descend finalement de l’imposant G 63 AMG et brandit sa main gauche dans l’air comme si elle venait de mettre la main sur le tout dernier “Crocodile Gold Birkin Bag”. Son annulaire gauche doit être estimé au même prix que ce sac rarissime. À ce fait même, elle met sa main sous mes yeux et j’y découvre la huitième merveille du monde qui a été créé par Cartier.

L’opulence des nouveaux riches me fait penser à M.White qui m’attend à Milan. Qui n’a pas besoin d’une virée chez les grands couturiers au coeur du berceau de la mode?

Après avoir félicité Koco et son fiancé, je m’excusai de ne pas pouvoir les accompagner sur la Méditerranée pour l’après-midi. Elle me lança un regard inquisiteur et exaspéré, car elle sut que mes vacances à  l’européenne n’allaient pas se terminer de si tôt.

- Adiamo, il m’attend ! leur dis-je.

Un dernier regard vers l’arrière me fit regretter ma décision subite. Tant pis, je dois aller le rejoindre…IMG_7403 copie

 

 

 

LIMONADE & LANVIN

IMG_5116 copie copieEncore une fois sous les tropiques, M.White m’y a invitée pour le business entouré de grands PDG de l’industrie pétrolière. Leurs femmes, qui ont tous passé sous le bistouri, me scrutent d’un regard inquisiteur.

Il écoule ses heures en conférence tandis que je les comble sur les plages de cette île britannique. Je colle mon verre d’eau citronnée à mon front brûlant. Je ne sais pas si c’est l’angoisse qui m’accable ou simplement la chaleur? Je regarde les couples enlacés devant le spectacle du lever de l’astre. L’odeur des croissants au beurre et des brioches vanillées du Café se rend jusqu’au rivage en raison de la brise matinale qui transporte ses effluves.

Lafferière et Jardin m’accompagnent lors de mes escapades. Mes deux amants avec lesquels je peux rêvasser à des jours meilleurs. Seule sur cet archipel, je me retrouve face à moi-même. Je cache mon corps frêle sous la serviette de l’hôtel. J’attends que le soleil jaillisse de la mer sous mes yeux. Il est 5 h 20, il ne devrait pas tarder il est plutôt digne de confiance. Mes courbes ne se comparent plus au relief brésilien, mais bien à un désert plat. La solitude ne donne point faim.

En décollant de JFK, je repensai à cet été immémorial. Prenant l’envol, je jetai un coup d’œil à ma droite. Une dame âgée, assise à mes côtés, tenait fortement une lettre jaunie entre ses doigts fins. Une lettre d’amour qui n’a jamais reçu de réponse… Sur ses genoux, un livre rouge lui tenait compagnie. Le cuir vermillon du recueil exposait ses coins défraichis par les longs voyages qu’il a traversés. Il abordait une jolie écriture dorée qui s’effaçait doucement avec le temps : Nouveau Testament. La femme déplia le papier parchemin en laissant entrevoir une écriture appliquée à l’encre bleue de Prusse. Allait-elle retrouver l’homme derrière cette prose?

Je dois me rendre à l’évidence que M.White ne m’aime pas. Jamais il ne me regarde lorsque je sors du bain et que j’enfile son peignoir blanc. Jamais il ne me sourit en voyant mon nez tout rousselé d’un bain de soleil. Jamais il ne me prend la main sous la table lors de ses interminables brunchs d’affaires. Jamais il ne m’effleure le menton de sa main pour ensuite me piquer un baiser.

Jamais ne m’a-t-il fait l’amour. Est-ce que j’en connais réellement la sensation?

Cet homme se cache sous ses habits Armani parfaitement ajustés. Il vit dans un monde illusionné d’apparences. Il daigne m’accorder un regard de volupté.

A t-il découvert mes multiples confidences non dites?

Luv Lalic

CANDLES & CAKE

 

IMG_5631

 

I  was lying under a high palm tree. This sandy paradise made me so nostalgic. I wish i would remember the time you drove me to the beach, i wish i could remember the day we went for a bike ride or a picnic or maybe a walk to the park…

Grey skies were coming towards me.

Maybe my bad mood affected my karma…this is what i deserve. A rainy day at the beach. Covering my head with my favorite author, i was wondering what my birthday would be like back in Montreal.  LV would take me to this new Asian hip spot, Coco would invite me for brunch ( Moet and mango juice, the new Mimosa) and Cuddle King would maybe sweep me off my feet with a candle light dinner … Let’s stop daydreaming.

I’m sitting alone on his monogramed white towel facing the restless and troubled Caribbean.

My  “By the Seaside“ alarm doesn’t stop ringing. I stretch my arm out of bed to touch the snooze button. Still in a daze, i heard the thunderstorm and the wind throughout my oversized window. My conscience starts to come back to me, i slowly open my eyes and suddenly realize what day it is…  I’m lying in a sea of white sheets and duck down pillows in M.White’s room.

It was all just a dream. On the other hand, i’m really snoozing in bed alone on my Birthday…in my Birthday suit. I get up quickly and put on his monogramed robe. The bay window overlooks the Griffintown area of Montreal, where parking is nonexistent and coffee is expensive.  My alarm goes off again to remind me of my fresh new age. Getting older isn’t that bad they say… I say it is.

I’m keeping my eyes ajar because of yesterday’s clumpy mascara that i didn’t wipe off yet.

Through my eyelashes, i see a bunch of pink roses left on the marble bathroom vanity. Is it a present from him or simply a sweet though from the cleaning lady?

A small card was placed in front of my Dior perfume, a familiar hand writing said:

Wrinkles should merely indicate where smiles have been. ~Mark Twain

Happy Birthday young beauty, 

See you tonight, W.

 

 

 

<a href=”http://www.bloglovin.com/blog/6818551/?claim=x3bwbnfdutv”>Follow my blog with Bloglovin</a>

 

HAMPTONS & HILFIGER

blogkateIMG_6017Si vos parents aiment votre travail, c’est que c’est de la merde. – Gainsbourg

La saison chaude revient finalement.

Je me souviens de tous ses étés que nous passâmes sur la terrasse du toit.

Nous incarnions des personnages de films français.

Ma première cigarette partagée étouffant sous le soleil couchant.

Les domestiques astiquent les cottages de fond en comble en attendant les invités qui viendront célébrer le premier weekend estival au Hamptons.
Une fine pluie glacée m’embrouilla le cerveau et fit disparaitre mes pensées saisonnières. 
L’été était plus loin que je pensais, il était déjà passé entre mes mains il y a 7 ans de cela….au fond d’un potager garni de tomates italiennes et de persil frais. Les vignes du mur briqueté s’accrochèrent à ma robe de soie lorsqu’il me poussa sur le côté de la maison pour m’embrasser…

J’arrivai enfin, après quelques heures de route pluvieuse au volant d’une Volvo noire, au cottage muni d’un sac de plage rayé Hilfiger. Je vis la berline allemande de M. White et les autres voitures européennes stationnées en angle face au premier rayon de lumière. On aurait dit que les valets savaient mathématiquement comment placer ces voitures qui n’appartiennent à personne. Les percées de soleil faisaient briller la carrosserie pour ne pas avoir à les polir à la main après l’averse. Fumant clope sur clope dans l’entrée de pierre, ils se chuchotaient les secrets entendus lors de toutes les conversations téléphoniques des hommes importants qu’ils transportent quotidiennement sur la banquette arrière.

Coco et LV sont arrivés avant moi, je viens de croiser leur chauffeur assis sur le muret de pierre des champs. Les apparence qu’il faut garder lorsqu’on est face à ces félines… J’ai dû me procurer la nouvelle jupe midi Lanvin de leur collection prêt-à-porter été pour le souper-bénéfice de ce soir. Merde, toujours un peu en retard, je me dépêchai à l’intérieur du manoir marron clair.

Je pense à tout l’argent qui se cache dans de multiples comptes en fiducie pour l’achat de leur premier loft,
 à leurs comptes épargnes qui débordent de lingots et sans oublier leur AMEX noire qui a curieusement le nom de leur père embossé sur le dessus…
Coco fait partie de cette élite dans laquelle nous voulons tous être.  Une élite pétillante et étincelante qui se ternit à travers les drames familiaux, les ruptures et les trahisons.
 Son fiancé, un aristocrate russe au teint de blé, est un fin connaisseur des vins d’Espagne. Par ailleurs, il a un nez fin pour les femmes au teint de miel avec lesquelles il se pavane lors des soi-disant weekends d’affaire sur les plages d’Ibiza… Mais qu’est-ce qu’ils ont ces Russes? Ce mystère digne de James bond qui les entoure nous laisse toujours croire qu’ils dominent un cartel à st- Pétersbourg.

Les services du diner passèrent et l’appétit augmenta. Le silence des Hamptons s’incrusta dans les émeraudes qui ornaient mon cou. Un autre été débuta; les sociétés mystérieuses, les amours impossibles, les grains de sable au fond de nos Balenciaga et les nuits sur la plage enlacés sur une serviette rayée signée Tommy.

Avez-vous hâte?  Promis, je ne laisserais pas passer aucun détail citronné.

La collection d’été semble étaler un grand éventail de couleurs, incluant le blanc perlé du sourire de Cuddle King. Très très en vogue.

 

Luv Lalic.blogkatecoffee

CHANEL & MATISSE

Ma force est ma plume.

Tant de gens qui détestent,

Imparfaite dans sa perfection.

Chanceuse dans son malheur, belle dans sa laideur.

 Les technologies ont changé l’essence du réel.

J’aurais aimé naitre dans les années rétros où tout était permis ou sinon 80 où l’art clandestin régnait sous les ponts, où les vedettes de cinéma étaient sur des yachts à Cannes et où les muses des photographes étaient des oiseaux aux ailes brisées, des colombes en cage. Les clichés étaient leur échappatoire. La passion de l’art existait. Depuis, elle est exagérée, asexuée.

Un temps où Brigitte Bardot fumait clope sur clope, un verre de blanc à la main. Elle se cachait sous ses Oversized Chanel en plastique blanc.  Le vent marin glissait sur son carré de soie Hermès . Les vagues turquoise frappaient la coque du voilier, car la vitesse excessive contrai le calme de la Méditerranée.

Matisse et Lydia,

Picasso et Dora Maar,

Dali et Elena,

Van Gogh et Christine,

Cuddle King et Kate,

Est- ce Appollon ?  et moi suis- je une des neufs muses Grecques?

 La saison des chaleurs animales approche. La ferveur lancinante d’une passion inexprimée sera finalement tentée…

À suivre…Katecollection

IL RINASCIMENTO

DUMBO

The city who never sleeps.

March 2014.

I have this feeling about tonight. I’m going out with her, again. I had no choice. Her golden complexion and her olive eyes made me come to New York City. Why is Manhattan so balanced when pleasure and work are the city’s main attractions? The well known island consumes this fuel of sins.

I am marauding the Meatpacking district trying to find this damn address. Tonight is the opening of a hip art gallery filled with faded copies of Basquiat’s masterpieces.

I’m meeting her for drinks at the historical Jane Hotel where Titanic’s survivors were invited to stay after the tragedy. Memories, cries and love are still floating in every bedroom of this vintage but quite trendy hotel. I’m pretty sure she chose to meet me here because of its mournful but also joyful stories hidden behind every wooden door.

Suddenly I feel paralyzed, I am a boy trapped in a man’s body. I am a star player without a team. I am a king, without a kingdom. Who said rational minded people are not artists?Look at Da Vinci, The Renaissance man. I consider myself cut from the same cloth but in the digital era. Able to juggle between two spheres of society. The underworld, where I get my inspiration and Bergdorf Goodman where my private collection is being held. Few understand where i’m going even I forgot sometimes. I go in these deep thinking phases and only come out when I regurgitate it into whatever medium i can find. Nothing has changed since i was a little boy. My grandma knew I was up to something when I broke all my brother’s old toys to make new tools with the rest of the working components. Behaviour like this as a kid alienated me from women for quite some period of time. Let’s say I was pretty damn mature when I had my first encounter. Now woman, I see them differently.  I Would say they are my weakness and my strength but they don’t know that. You cannot be too sensitive because the will take advantage of it. You have to have something marginal about you or else, what makes you different? Over times, I broken down relationships into a system. I had no choice, since I wasn’t in the path of finding THE  match with the lifestyle I designed. If you follow my system they say, intriguing things could happen… No wonder why they call me the CUDDLE KING.

Arriving at destination, i can already smell her Dior fragrance through the snobbish crowd. She is personified by the charm and youthful essence that she brings into a room full of dull people. She tends to act like a maniac, but she blinds every man with her sensual facade. Nobody knows who she really is, she hides her dark side behind the floral notes that lingers around her long neck.  A nicely dressed Maître D’ scratches my name off the list.

.            To be honest with you, I’d rather be cocooning in bed with her soft bronze legs.

 

Sometimes a man rather have affection than midnight action.

Cuddle King.

MEN WILL NEVER BE MEN

Men are always the first pick, men are always the answer to a woman’s broken heart, men are known for inventing fire and creating new technologies.

Men are kings, politicians and soldiers.

 

A baby boy is such a precious gift to the Chinese families and traditions. Why aren’t girls?

 

Everyone knows men rule the wolrd. They are captains, pilots, CEOS, brokers.

 

Everyone doesn’t know that men are weak and unpowerful without a mother.

The opposite sex is the key to their success.

They want women to be perfect when they always forget to compliment them.

They want women to stand by their sides when they have the sent of another on their neck.

 

They desire an unattainable paroxysm of fame, money and power.

They are warriors at heart .They could kill for their mecca and loose their soul.

Their Egos control their minds.

Deep down inside, they know how small they are. How fragile they can be. So what is a man anyway… If they always stay a child at heart ? But when it all comes down to Wall Street they play the part? …

Men will never be men. One day, maybe one of them will.

When they discover the dark secrets of a woman’s love.

We see men as partners, lovers, first and last, one and only.

 

Movies aren’t reality… Hollywood doesn’t tell us that every love story was written by a lonely girl who hopes that one day ONE men will become a MEN.KateLalicMEN

MORE ISSUES THAN VOGUE

Le petit chaperon rouge,  me lisait-elle chaque nuit avant de fermer les yeux.

 

Le parfum des lilas me poursuivait. 
Le mois de mai fleurissait grâce aux pluies printanières.
Elle me surveillait de loin et priait pour moi à travers ses yeux fatigués. Son chapelet de bois de cerisier glissait entre les cicatrices de ses mains ridées.

À l’âge de cinq ans , le café au lait faisait déjà partie de ma routine matinale. Je m’assoyais sur les premières marches du balcon à ses côtés en attendant qu’elle me tende une mie de pain imbibée de café.
La marmelade sucrée de Croatie qu’elle étalait lentement sur ses rôties lui rappela ses origines. En me ressassant ses souvenirs de jeune fille, elle me gavait de caféine.

Les nuages avancèrent vite dans le ciel et puis la couleur du soleil assombri. Une fine pluie tomba sur mon nez couvert de taches de rousseur. Rapidement, je me blottis sous son bras .
Elle regarda le ciel avec un soupir, elle me dit en langue étrangère; Dieu nous envoie le tonnerre, car il nous punit. Les mauvaises actions de l’Homme l’ont déçu.

L’adulte en moi, connaissant l’homme dont elle parlait, sut que la foudre allait un jour le punir. Scrutant la noiceur du ciel, cherchant un éclat, je pris son chapelet entre mes mains, priant de m’épargner la douleur. Insensiblement, je baissai mes paupières et lui demanda qu’elle reste à mes côtés.

En mémoire de Barbara Lalić,

Puno te volim

Luv Lalic.

BALMAIN & PASTÈQUE

IMG_64977777

He’ll be like i saw your breast at sixteen, i miss you.

They call me overnight when their woman leaves.

Boys, you all think you are M.White.

See, imma wifey. You treat me like trophy. I told you i was gold. Sochi

   ****

He watched her leave, his head down staring at the shiny wooden floor. He couldn’t move a muscle, as if she never existed. She vanished. She wasn’t able to breathe by his side, at the museum. -The world is not enough, the love is not enough, i whispered. – Il ne faut pas se perdre car on ne se retrouvera pas. Tu pourras retrouver une bouche, un mot, mais jamais l’ensemble de mon vivant. Sa voix ferme tremblota soudain. La ligne est si fine Kate… La spacieuse pièce au longs murs blanc se referme sur moi. Je me souviens d’un été dans la cour à ronger des pastèques, ce baiser si mouillé… La musique du sol me rappelle les longs-métrages dans lesquels la jeune Shirley Temple nous enivrait avec ses petits souliers cirés. Mes yeux de poupée se posèrent sur mes bottes Balmain. Tel un enfant, je n’anticipais pas ce moment si dramatique. Pourquoi n’y a t-il personne au musée en cette journée? Ah, cette stupide fête de l’amour. – On ne peut plus se voir comme cela. – Au moins, une table à café peut nous séparer. – Mais, le regard est tout aussi puissant Katarina. Mes joues s’enflamment, ma gorge se serre. Les picotements au bout de mes doigts veulent agripper sa peau. Cette envie de séduction me prend par la moelle. Ma nuque est soudainement moite. Cet ego n’est jamais parti, il ne s’est pas enfuit. Mon coeur s’engorge de passion corrompue. Soudain, son image s’évanouit dans la brume froide. Nelligan disparait comme s’il n’avais jamais été de passage, comme s’il n’avais jamais traversé les pages de cette histoire. Une histoire d’amour que je ne cesserais de feuilleter. Mon annulaire s’engourdit, ce gemme devient accablant. Tiffany ou Birks, who cares? Ces dernières paroles, ce dernier souffle me dicte le deuil. Riopelle me contemple, ses teintes et nuances, nuances qui brouille mon regard. L’odeur du sexe après le coït flâne autour des peintres aristocrates. Le fils de Vénus m’a effleuré. Pourquoi m’a t-on donné le rôle de Psyché? Luv Lalic. IMG_6582 copie

L’AMOUR AVEC UN GRAND K

La St-Valentin approche et les vautours se rapprochent…

Seule ma plume ne fane pas sous l’humidité sucrée de la literie. L’effluve des roses n’est pas assez puissant pour m’attendrir.

Ton corps l’est.

Les grands auteurs sont souvent plus près de l’Amour que les Humains…

m’a dit un jour Nelligan…P1050766

( photo: le balcon de Romeo et Juliette; Vérone, Italie)

L’amour avec un grand K.

Kate je t’aime. Pense qu’ensemble nous mûrirons comme des fruits colorés d’un arbre exotique. Le vent nous menera à des sommets encore jamais explorés par l’homme. Pense à moi et crois en toi pour que nul ne puisse te dire le contraire de ce que tu ressens envers moi. Les faibles, méfiants et perdants haïsseront car ils auraient aimés partager notre trône dont tu es ma reine. Rappelle toi que l’histoire n’est fait que part les gagnants, alors agissons de la sorte et célébrons notre Amour à chaque jour qui nous reste.

Luv Cuddle King

***

Would you like to take me overseas?

Bathe me in a sea of promises…

Bring me to lost cities, carry me to the fairy pools in Scotland, steal me away from the truth.

Embrace my flesh and we’ll make love on the Galapagos ivory beaches.

Let’s have brunch in Provence.

Then, lead me home where i will vow to you my deep affection…

Luv Lalic.

HALF TIME

Kate Lalic SS14 BTS Check out the video !!

 

I needed a break from all this fashion frenzy.

Anna Sui’s romantic bohemian spirit makes me want to go buy a flowy dress.

Never mind, i’ll stick to my Balmain’s check jacket. Snow is insisting to stay a little bit longer, even though Spring/Summer trends have arrived in every store on Fifth Avenue.

I’m meeting with my soul mate, Coco. We’re having lunch at The Top of the Standard Hotel in the Meatpacking district, NYC. I’m running late, like always ( maybe i wouldn’t if i had a pair of Adidas by Stella McCartney, but instead i’m ruining my UGGS on slushy sidewalks).

Outside, snow is falling but inside, a catwalk is taking place.  I did not see Coco for a while, she’s always overseas to please Alexander, Karl and Yves. I’m reffering to the Grands, not to any normal mundane male.

Our dream is to take over the world, our world. Where colours and clichés collide, where photographers and passion are allowed.

Take a look inside our bubble, our chimera….

Kate Lalic Spring Summer 2014 Collection

Thank you Coco for sharing my reverie with me.

Luv Lalic.