Top Menu

CORPS DIPLOMATIQUE SEULEMENT

By Kate Lalic

Posted in

He never goes for coffee, he goes out for rhum.

 

J’entrai rapidement au bar sans refermer la porte derrière mon sillage. La pénombre chaude qui faisait vaciller les ombres sur les murs boisés m’empêcha de le repérer. La vaste pièce vitrée m’invita au son d’un tube connu de la décennie 90. Situé au coeur du square, le bar achalandé me poussa à scruter ses encoignures.

Les longues tables à l’ancienne regroupent des dizaines d’individus, où les coeurs brisés et les avares se rencontrent, se frôlent, se touchent…Les lampes ornant le haut plafond me rappelèrent mes étés au Maine à la promenade du front de mer, les fenêtres démesurées laissèrent glisser une faible lumière lorsque les phares d’une berline allemande reflétèrent la longue vitre carrelée. L’Allemande se stationna à l’endroit prévu du corps diplomatique, est-ce M.White?

Le bois du fameux feuillu au quart de Mile emplissait la pièce. Ce bois travaillé, modelé, sculpté, taillé s’imbibe au creux de l’allure moderne de la structure. L’histoire derrière ce bar est issue d’un seul arbre, qui rassemblait amitiés et sociétés de générations en générations. Les premières fois et les rêves oubliés y sont enfouis sous l’écorce.

L’ardoise imposante m’entoure de saveurs exotiques et locales fraîchement livrées en un pot maçon. Les verres s’entrechoquent, les odeurs de canard confit se mêlent à la menthe vive ornant les boissons. Cherchant comme un vautour ses yeux de braise, je me fraie un chemin parmi les tabourets de cuir écarlate qui trônent le long du bar.

Une bouffée de chaleur m’envahit, une larme vacille sur mes cils finement maquillés. Cet endroit est gorgé de joie de vivre et de camaraderie sans laquelle, l’âme du bois n’y serait pas..

Je décelai enfin son ombre dans un coin du bar, sa tête chancelant sur le côté pour y découvrir une jeune femme s’accrochant à son bras…

Je rebroussai chemin en voyant la scène défilant sous mes yeux, mes mains s’agrippèrent au bar pour ne pas perdre pied dans cette foule. Le bois sous mes doigts me consola. Malgré mes racines inanimées, l’écorce forme un rempart. La citadelle s’édifie, elle deviendra un jour meilleur sous le regard d’un autre jour. Tout comme cet arbre qui m’encercle et qui me prie de le croire… tout est réalisable.

 

Luv Lalic.


Share this story

About The Kate Lalic

EIC of the Kate Lalic Blog and Brands. Passionate about traveling, fashion and posh lifestyle. The writer of the upcoming book Kate Lalic Tales.

btt