Top Menu

EIFFEL & HERMÈS

By Kate Lalic

Posted in ,

 

Octobre avance à pas feutré sur le tapis de feuillage défunt.
L’attente au milieu de cette majestueuse chambre n’est pas si exécrable. M. White m’a laissé seule avec mes pensées. Son horaire débordant de réunions d’affaires me laisse visiter Paris sous mon parapluie. Je me laisse tomber sur le lit blanc colossal qui meuble la pièce principale. Mes doigts fins saisissent le téléphone vintage qui doit valoir plus que ma fortune personnelle. Je commande à la suite quelques flutes de champagne et une baguette. Le trac s’empare de moi. J’ai besoin de bulles pour m’embrouiller l’esprit. L’ai-je déjà perdu?

M. White ne revient pas avant les vingt heures. Cuddle King m’a donné rendez- vous dans le hall à seize heures. Cela me donne assez de temps pour errer dans les artères de Paris à son bras. Il sait que M. White me garde en captivité pour sa semaine de congrès à Paris au Ritz Carlton. L’heure du rendez-vous clandestin approche.
Cette promesse d’amour qui s’est formée entre moi et Cuddle King me rend faible. Elle m’a enlevé toute mes capacitées, mes pouvoirs. Sénèque a dit : ” Aime si tu veux être aimer”. Le grand penseur a raison. Parfois, un sourire s’accroche à mes lèvres, une étincelle traverse mon iris, une décharge de joie traverse mon corps, mais seulement pour un bref moment. Trop bref pour s’incliner devant les paroles de Sénèque. Audrey Hepburn n’aurait jamais été faible devant un homme. Elle dirige toujours la situation pour ne pas devenir accroc aux charmes de Bogart. L’attirance inévitable pour cet homme élancé m’empêche de respirer sous la marée. L’ivresse m’engloutit, m’engourdit, m’enivre jusqu’au désespoir. Je m’ennuis de ses lèvres mielleuses, de sa main qui glisse dans mes cheveux satinés.
Le majordome me sort de mes rêveries. Il entre doucement dans l’embrasure de la suite pour y déposer une bouteille de Veuve Clicquot et une savoureuse baguette garnie d’un fameux Brie triple crème. Impatiente de picoler ces prestigieuses bulles, j’enfila mon pull qui traînait sur la méridienne. Mes longs cheveux, remontés en chignon classique, cèdent la place au carré de soie Hermès au creux de ma nuque. Le reflet perplexe que la glace me renvoya était le regard d’une jeune fille apeurée. Cette enfant, qui avance tranquillement vers le néant tenant son coeur au creux de ses paumes, prête à l’épancher.
La grille de fer forgé de l’ascenseur se referma sur moi. J’inspira longuement car le bout de mes doigts fourmilla d’excitation.
Merde, j’ai dû finir le Veuve Clicquot trop rapidement.

La réception bourdonne de gens moroses. Les lattés s’entrechoquent et les Chanel sont exposés aux bras des dames abordant de riches pelisses. Un classique d’Edith Piaf résonne dans le hall pour chasser le ciel sombre et la chaussée humide qui nous attend dans les rues de Paris.

Je m’assois sur les fauteuils en velours émeraude. Mon regard évasif se fixa au haut plafond, qui aborda fièrement une fresque angélique.
Je le vis pousser les lourdes portes tournantes, ses yeux sombres se posèrent sur moi.

Luv Lalic.

 


Share this story

About The Kate Lalic

EIC of the Kate Lalic Blog and Brands. Passionate about traveling, fashion and posh lifestyle. The writer of the upcoming book Kate Lalic Tales.

btt