Top Menu

CLICQUOT & MACARONS

By Kate Lalic

Posted in , , , | Tags : ,

En m’éveillant ce matin, je découvris une petite boîte couleur crème abordant une jolie boucle en satin sur l’oreiller. Un bracelet tennis Swarovski si délicat se cachait sous cet emballage.

LADURÉE

L’histoire du Macaron Ladurée commence avec Pierre Desfontaines,
petit cousin de Louis Ernest Ladurée, qui au milieu du XXème siècle,
a eu la bonne idée d’accoler deux à deux les coques de macarons
et de les garnir d’une savoureuse ganache.
75 avenue des Champs Élysées

Je joue nerveusement avec le bracelet décorant mon mince poignet en jetant des regards incessants vers sa bouche velouteuse.
Nous marchons silencieusement vers les portes tournantes, côte à côte, sur le bois laqué du Plaza. Le lourd silence embrouilla ma vue.
- Kate, pourquoi lui?
La seule question à laquelle je ne peux pas répondre. La Seine est brouillée par mes larmes qui tentent de s’échapper.

– Laisse-moi te prouver que je ne fais pas partie du lot. Accorde-moi la chance de te rendre heureuse…Kate?

Je ne lui fais toujours pas confiance, incapable de me laisser aller. Incapable de calmer mes eaux agitées. Je le sens glisser sous mes doigts tel du sable fin. Mes certitudes sont tachées d’incertitudes.Je le sens insistant, à la recherche d’une faille dans mes yeux, d’un désespoir que ses mains veulent rassurer, d’un amour à qui son coeur veut s’ouvrir.

Mes pleurs dehors ont figé.
Mes lèvres incapables de produire des sons, former des mots me laissent sans armure.
Devant le froid gaulois, je m’écroule, touche le sol froid, sans pitié.
Les hirondelles s’éloignent.
J’entends l’écho lointain de mes rires, je revois une ombre qui reflète mon corps de glace.
Cette ombre vivante n’est plus qu’une illusion.
Malgré la tempête, qui se retire flegmatiquement, je perds le cap.
La pluie a effacé les pistes, je dois affronter ce froid sur ce sol vierge.

La chaussée moite nous guide devant un petit salon de thé élitiste, établi au coeur du huitième arrondissement; Ladurée. L’ancien salon littéraire est bondé de mondains qui admirent pour la énième fois les anges dodus peints sur la voûte du salon. L’odeur sucrée m’enivre, des macarons couleur pastel s’offrent à nos yeux avides. Les rires se mêlent aux baisers, les baisers se mêlent aux douceurs délectables. Les macarons enfin enfermés dans leur étui d’un vert pomme sophistiqué, nous nous abritons sous l’auvent qui décore la vitrine féerique de la pâtisserie. La pluie tombe durement autour de nous. Sa main charnelle cherche la mienne. Puis, ses lèvres s’accrochent à mes baisers l’instant d’un moment.

Mes yeux se posèrent sur un homme en imperméable de l’autre côté de la chaussée, l’inconnu fredonnait un air d’Aznavour en tenant une petite main au creux de la sienne. Un sosie de la célèbre Shirley Jane Temple au petit nez retroussé, aux cheveux d’or bouclés et à la peau de porcelaine. Elle portait de jolies bottes canari et un ciré picoté pour imiter son idole.
Les fortes épaules de l’homme me rappelèrent l’odeur épicée de M.White.
Boucle d’or sauta à pied joint dans un petit étang d’eau stagnante près du trottoir dallé. Elle éclata d’un rire cristallin. Un sourire se dessina sur le visage du quadragénaire. Il serra plus fort la petite main de porcelaine qu’il tenait précieusement. La main chaude de Cuddle King dans la mienne me rappela que le temps filait. Il fallait retourner à l’hôtel pour profiter de la vue qu’offre la suite, une vue irréelle de la tour Eiffel. Je veux plutôt profiter de la vue de son corps sculpté par les mains de Michel Ange. David’s got nothing on you.

Arrivées à l’hôtel luxueux, trempé, les perles d’eau ruisselantes sur mon front s’accrochèrent à mes cils pour tomber sur ma joue rosie par le froid.

-Allons dans la suite se débarrasser de ces habits inondés, chuchotais- je.
Cuddle king me jetta un regard troublé.

– Il revient tard. Ne t’inquiète pas. C’est la suite la plus admirable avec vue sur la Dame de fer. De plus, il y a du Veuve Clicot tout frais au frigo.

– Comment puis-je résister à tes charmes? Allons-y.

Une deuxième bouteille de bulles nous attendait avachie dans son sceau de glace. La première traînait sur le rebord de la baignoire, dégustée rapidement par moi-même plus tôt cette après-midi. Un bruit sourd se fit entendre et le liège s’envola au fond de la pièce.

Ses mains s’emparèrent de ma taille rapidement. Il enleva tout. Même le bracelet de M.White. Mes vêtements humides s’emmêlèrent au sien gisants sur le sol marbré. Cuddle King me déposa méticuleusement sur les draps d’Égypte. Ses yeux noisette ne lâchent pas les miens. Le duvet sur ma nuque se redresse, des picots apparaissent sur mes seins. Mon souffle se bloque, incapable d’endurer cette latence. Avec vigueur, le fauve se fraie un chemin entre mes cuisses. Nos corps s’abandonnent tressaillant sous l’impuissance de l’intellect. Ses lèvres tracent un sentier sur mes reins cambrés. L’ivresse soulève doucement mes hanches. Tremblant, le paroxysme du désir l’emporte.

 

 

 

 

Luv Lalic.

ODE AUX JOYAUX

« Dans l’Égée tempétueux, dans le sein de Thétys, (…) et...

SO LAST SEASON.

Nous avons une seule journée pour nous cacher sous nos...

NO SEX IN THE CITY : NOT YOUR TYPICAL LOVE STORY

Coeur sensible, âme fragile, voici là toutes les qualités d’une...

UNE SEMAINE D’ÉTÉ AU BUREAU

Juillet apporte un vent de chaleur, et ce n’est pas...

EIFFEL & HERMÈS

  Octobre avance à pas feutré sur le tapis de...

BRIDAL BEAUTY PREP ROUTINE

We are already LESS than one week away from the...


Share this story

About The Kate Lalic

EIC of the Kate Lalic Blog and Brands. Passionate about traveling, fashion and posh lifestyle. The writer of the upcoming book Kate Lalic Tales.

Related Posts

btt